Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aujourd’hui, j’ai rencontré l’homme de ma vie…

Je vous raconte la super rencontre que j’ai faite, à l’aéroport de Paris à mon départ pour le Québec. Vous savez que lorsque nous prenons l’avion, nous passons à la sécurité pour ensuite passer aux douanes avant d’aller s’asseoir pour attendre notre avion. Le douanier me demande où j’allais pour ensuite s’enquérir de mes intentions de mon séjour au Québec. Je lui dis qu’après 8 mois en France, j’avais hâte de visiter ma famille tout en lui précisant mon intention de revenir parce que mon plus grand souhait est de rester en France longtemps, auprès de ma fille et de ma petite-fille. Comme tout bon français, il me demande quelle idée j’ai de vouloir aller vivre en France quand on vit dans un si beau pays que le Québec, il estampille mon passeport, me sourit et je pars.

Une fois assise, un homme, un très bel homme, pas loin du modèle George Clooney mais un ti-peu moins beau  (pis George, c'est le mien), s’assoit juste à côté de moi et il me dit : « moi ça fait 31 ans que je demeure en France, je sais que vous y êtes depuis 8 mois, Francine ». Wow! Je le regarde attentivement, mais c’est qu’il est intéressé et intéressant, ce beau monsieur. Mon Dieu, tout à coup, ça s’pourrait t’y que l’amour frappe? Je le regarde, l’examine. Il porte la barbe, bien taillée, il est habillé relax, avec goût, le genre d’homme qui me plait, qui plairait à bien des femmes.

On se met à parler, le contact se fait, il est vraiment charmant, vraiment à mon goût. Du vous, nous passons rapidement au tu allant même jusqu’à échanger quelques confidences. Je me pinçais par en dedans. Nous rions; le temps passe vite. Vous savez le genre de rencontre avec le sexe opposé, une rencontre qui marque et qui va même jusqu’à redonner un peu d’espoir à une aînée qui, du côté des amours, a une vie monastique depuis plusieurs années. Je  n’entrerai pas dans les détails sur ce point, vous n’auriez rien à saliver.

Il me dit qu’il est déménagé en France pour suivre une femme avec qui il s’est marié et avec qui il a eu 2 beaux garçons. Il s’empresse de me dire qu’il est divorcé depuis 2 ans, ce qui me soulage. Je lui avais déjà dit que j’étais veuve n’ayant pas perdu de temps pour annoncer mes couleurs.

La conversation continue, il me dit qu’un de ses fils est handicapé, qu’il vit très bien cela. Et on parle, on rit toujours. On s’est rapproché tranquillement tant physiquement qu’intellectuellement. Il est facile de penser que vraiment cet homme pourrait bien être à considérer.

Il finit par me dire qu’il a quelqu’un d’autre dans sa vie depuis peu. Je ne me décourage pas, je profite des moments en sa compagnie mais j’avoue que je perds un peu de la joie qui m’envahit.

Je lui raconte que je demeure en campagne et qu’il m’est difficile de m’occuper d’un jardin de fleurs, d’un potager, de tondre le gazon sur près de 1000 mètres carrés et lui de m’écouter tout en ajoutant que sa nouvelle belle-mère vit elle aussi en campagne. En bon gendre qu’il est, c’est lui qui l’aide pour son jardinage. Comme il a été déplumé par le divorce, il demeure dans un petit appartement sans cour, le bien que ça lui fait d'être près de la nature.

Il me raconte qu’un jour qu’il était à travailler dans le jardin, sa belle-mère lui a demandé : « Pourquoi ne viendriez-vous pas vous installer avec moi? Vous seriez tellement heureux, toi et Pierre ».

Ai-je bien entendu? Pierre!!! Et de m'empresser de valider (nous avions bien Pierre Béland au Québec et c'est une femme, fallait que je valide) « ça veut dire que tu es sorti du placard? » et de me répondre « oui et ça m’a pris du temps ».

Ah!..... Ok!...

Et en 3 secondes, tous mes châteaux non pas en Espagne mais en France se sont écroulés.

Ne jamais se faire d’illusion, ne jamais se faire d’illusion.

Vous pouvez vous abonner au blogue à droite et aussi, le partager auprès de vos ami.e.s, bien sûr si le contenu vous intéresse. Merci à l'avance.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :